Articles passés

L'INVESTI-GATEUR

Journal en ligne du CIRQC

Le développement des initiatives internationales d'investissement durable au 21eme siècle

L’investissement durable est un concept qui existe depuis longtemps, toutefois il connait un vif succès ces dernières années. Cet article vous propose de découvrir les nombreuses opportunités en matière de finance durable organisées par les Nations unies et dont vous pourrez bénéficier tant sur le plan personnel que professionnel.

 

 

 

 

La mise en place de l’investissement durable à l’échelle mondiale

 

En 1992, lors du Sommet de Rio, L’Initiative Financière de l’ONU Environnement – un partenariat entre l’ONU Environnement et le secteur financier – fut crée afin de promouvoir la finance durable. Aujourd’hui, l’initiative est devenue un réseau mondial de plus de 200 banques, investisseurs et assurances - source d’innovations en matière de recherche en finance durable et d’initiative mondiale, régionale et nationale partenariats. Depuis sa mise en place, l’organisme a developpé nombreux rapports, projets et travaux, détaillés ci-dessous.

 

 

Les différents acteurs du secteur financier autour de l’investissement durable

 

Comme l’investissement durable n’est pas récent, il se retrouve parfois, et, suivant l’interprétation, dans certaines législations financières. Ce fut l’approche prise par Freshfields Bruckhaus Deringer – un cabinet de droit international. Dans le Rapport Freshfields publié par l’Initiative financière de l’ONU Environnement, la définition de l’obligation fiduciaire, c’est à dire la primauté des intérêts du client, est élargie. La distinction entre « ce qui est loi », tenant donc de la législation et « ce qui est juste », tenant de l’éthique, est faite, de sorte que les risques environnementaux et sociaux soient incorporés dans le concept d’obligation fiduciaire. Suite à cette interprétation, Kofi Annan, alors Secrétaire général des nations unies, invite les plus grands investisseurs institutionnels, comme l’Office d’Investissement du RPC, à mettre en place les principes pour l’investissement responsable (PRI, sigle en anglais). Ces six principes se focalisent sur les problématiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) – le changement climatique, les droits de l’homme – et furent adoptés par 1'700 signataires, tels que des propriétaires d’actifs, des gérants d’investissements, ainsi que des prestataires de services. La convergence autour de la finance durable et de son rôle marque une étape déterminante. Néanmoins, tenir les engagements pris et agir en conséquence est tout aussi important.

 

Donner au secteur privé les outils pour évoluer

 

En septembre 2015, l’assemblée général de l’ONU établit de nouveaux objectifs – les objectifs de développement durable (SDG, sigle en anglais) devant être atteints d’ici 2030. Celui ci contient 17 objectifs visant à réduire la pauvreté, préserver l'environnement et améliorer les conditions sociales. L’accomplissement des objectifs de développement durable coûte entre 5 000 et 7 000 milliards, nécessitant ainsi la participation du secteur privé. Ce dernier souhaite, en effet évoluer, et saisir les opportunités qu’offre la finance durable. Toutefois, sans l’adoption d’un langage commun, ni de grandes lignes directives, la mise en place de l’investissement durable au sein du modèle d’entreprise se révèle très difficile même pour l’organisation la plus dévouée. Qu’est ce que l’investissement ou la finance durable ? Comment les institutions financières doivent-elles mettre en place ces solutions ? Afin de répondre aux problématiques citées ci-dessus, les banques et fonds d’investissements membre de l’Initiative Financière de l’ONU Environnement ont élaboré le Manifeste de l’impact positif. Ce dernier propose « un nouveau modèle de financement s’appuyant sur les impacts qui permettra de combler le fossé du financement du développement durable ». En janvier 2017, Les Principes pour la finance à impact positif furent présentés. Ces principes guident les institutions financières vers l’impact positif. Ils offrent:

 

  • Une définition holistique

  • Un ensemble de lignes directrices

  • Un processus transparent et publique

  • L’évaluation des impacts positifs

 

Ces initiatives requièrent une certaine capacité organisationnelle?. Néanmoins, la finance durable est la responsabilité de tous les investisseurs et ne peut être atteinte que lorsque toutes activités financières, grandes ou petites, placeront le développement durable au cœur de ses décisions.  

 

 

 

 

Please reload